La Loyauté Conscientieuse des Taverniers (1550)

Author: Artus Désiré
Date: 1550
Publisher: Nicolas Buffet
Place: Paris

                      L A
                 L O Y A V T E
              CONSCIENTIEVSE DES
        Taverniers, Avec l'honneste rece-
         ption et belle chere des hostes
            et hostesses.Le tovt cõpo-
               sé par l'Avthevr de
                  ce present
                     livre.

A Paris par Nicolas Bvffet.
1550
L'avthevr.
Afin qve tovs bons biberons discretz
Regardent bien ov c'est qve boire vont
Tresamplement des hostes indiscretz
Vevx descovvrir levrs grans abvz secrets
Sans les nommer ne declarer qv'ilz sont.
Dix ans y à qve tresfort faché m'ont
Et à raison de levrs efforcemens,
Sommerent tovs levrs tribovillemens
Ie vevx escripre à fin qve la ivstice,
Rendre raison de levrs ranconnemens
Et qv'a levr faict on mette ordre et pollice.

Ie n'entens point parler des gens de bien
Qvi donnent vin povr vne Patenostre,
Mais de cevlx la qvi ne valent tovs rien
Et qvi sans droict mangent la paste nostre:
De force ilz ont mon argent et le vostre,
Dont si convient en despit de mes dens,
Qve ie les mette en rithme cy dedans
A celle fin qv'on se garde dv poinct,
Par le pais en à tant de prvdens
Et tant de bõs qv'on ne les congnoist point.

A NOZ BIEN AYMEZ, ET
loyavx sommeliers et bovtilliers dv tres-
pvissant et tresvertvevx Roy Ba-
cvs. L'avthevr de ce pre-
sent livre
Mille salvtz de fin or d'Arabie
Povr maintenir solat evse vie.

O Vrais svppostz dv pvissant Diev Bacvs
Qvi despendez en sa covrt voz escvs
Et qvi portez ses vinotevses armes,
Povr vovs garder des assavlx et allarmes
Et des grefz tors qve vovs sont ses sergeans,
Desqvelz i'entens les hosteliers mangeans
Pavvres sovdardz qvi sont à son service:
I'ay composé ce livre trespropice
Avqvel i'ay mis tovtes les pilleries,
Les grans abvs, et les barbovilleries,
Qve l'on vovs faict en allant par les champs.
A celle fin qve les svsditz meschans
Pleins de rapine et de ranconnerie,
Soient refformez, et qve svr evlx on crie.
Ne plvs ne moins qv'apres chiens enragez
A ii

Ov avtrement vovs serez si mangez
Et si pillez des malhevrevx satrapes,
Qv'on vovs fera rendre le ivst des grappes
A la grand peine et svevr de voz corps.
Comme larrons serez pris par effors
Et despovillez ainsi qve vert de terre,
Dont povr fvir ceste mortelle gverre
Ie vovs svpplie avtant qv'il m'est possible,
De regarder ce livre deffensible
Qvi vovs sera grandement provfitable:
Car si par force on vovs prend à la table,
Vovs monstrerez povr vostre deffensoire
Av dictz sergeans, ce present repertoire,
Qvi par arrest dv grand Diev de bataille
Total povvoir et pvissance vovs baille
De vovs deffendre à beav gros covps de poĩg
Et sans covsteavx levr donner svs le groing
Si fermement qv'ilz en portent la tache.
Allez, boyvez, et qve nvl ne se cache,
Frappez, battez, si trop on vovs ranconne.
Criez, vrlez, qve main forte on vovs donne,
Et rabattez de sept deniers vn blanc.
Gardez vovs bien qv'on ne vo' mette en blãc,

Maschez,mangez,dv bon et dv meillevr,
Sachez combien,et de qvelle vallevr,
Et dens le lict par les qvatre cornetz
Chiez, pissez, si les draps ne sont netz,
Comptez, payez, selon Diev et raison,
Et svr tovs poinctz gardez vovs de prison,
Qvand à par moy ie considere et pense
Des viatevrs l'ovtragevse dispense
Qve l'on contrainct de payer svr les champs,
Eqvité vevlt qve remonstre l'offence
Et d'ov provient ceste grande insolence
Qv'on les parforce ainsi qve chiẽs covchans:
   Or à celle fin qve nobles et marchans
Et avtres gens qvi sont à pied marchans
A l'advenir espargnent levrs deniers.
Sõmairement sans gran spropoz ne chantz
Declarer vevlx tovs les abvz meschans
Des Hosteliers, et trompevrs taverniers.

Ie ne vevx point particvlariser
Ne diffamer cevlx qvi sont gens de bien.
Sevlement dy sans l'estat mespriser
Qve le meillevr de tovs evlx ne vavlt rien.
A iii
De faict et force ilz ont d'avtrvy le bien,
Et sont si plains de grand' rage allovvie
Qve force svis de rescripre levr vie,
Povrce lectevr regarde ce traicté,
Ov d'evx voirras l'avarice et envie
Et comme on est entre levrs mains traicté.
Ses vers ie t'escrips
Povr les plevrs et cris
Des gens qv'on despoville,
Monstrant cvl et coville.
Premierement povr entendre l'affaire.
Notter tv dois qve qvand vn homme vevlt
Grassement vivre av monde sans rien faire
De ce metier se mesle tant qv'il pevt
Qvand il y est, avarice l'esmevt
Vendre à favx pois et à favlce mesvre,
Et qvi pis est s'entremesler d'vsvre
Qvi sile et corde à son col le cordeav,
Et à novrrir en sa maison lvxvre
Povr attirer les paillars av bordeav.
La taverne yverne
L'homme sans memoire,
Et le rend tovt terne
A force de boire.

L'estat et train de tovs ces gens icy
C'est d'estre assis et manger gras morceavx.
Sans de travail avoir avcvn sovcy
Et vivre ainsi comme font les povrceavlx:
Et amasser or, argent, à monceavx
A droict ov tort sans regarder comment.
Mais d'vn et d'avtre empongner fermement,
Povr vn solz trois contre Diev et raison,
Voyla le train et le govvernement
Des taverniers tenans grosse maison,

Les govrmans glovttons
Covvers de bovtons,
Povr evx faire gras
Mordent comme ratz.

Le visage ont tant rvbicondievx
Qv'il semble à veoir le leprevx tovs povrris,
Les friandeavx yvrongnes odievx
Avx povres gens baillent des plevrs povr ris,
D'avaller vin ilz sont si trespetis
Qve levr chair pvt comme chievres et boves
Et si av temple on les void à genovx
A iiii

On les oyra dv fin bovt de l'Eglise,
Sovffler, cracher.et reniffler par covps,
Comme larrons qvi covrent en franchise.
Hosteliers pvissans
Ladres et meseavx,
Baignent levrs mvseavx
Av sang des passans.
Tovt avssi tost qv'ont le cvl hors dv lict
A boire favlt et se mettre à la table.
Tovt levr plaisir et yvrongnevx delict
C'est maintenir vne vie damnable,
Ilz ont la bovche et le ventre dv dyable
C'est tovt y favlt,c'est vn govffre d'enfer,
Et ont les cvevrs plvs endvrcis qve fer
Et de manger sont si gros et mal sains,
Qv'ilz viennent tovs povr servir lvcifer
A ovblier, Diev, l'Eglise et ses sainctz.
Raison n'y à liev,
Et en levrs devis
Ilz levr semble advis
Qv'il n'est point de Diev.
Ilz se mettront av matin svr le banc
A boire pinte, et s'il vient qvelqve sot.

A celle fin d'avoir levr repas franc
Ilz le feront mettre de levr escot.
Et lvy feront tant prendre dv piot
Qve par trop boire ilz vovs l'en yvreront
Et pvis apres, tovt payer lvy feront,
Si qv'a la fin ne lvy demovrra maille,
Sont ilz payez, de lvy se mocqveront
Et l'ennoyront reposer svr la paille.
L'vn et l'avtre happe,
Et nvl d'evlx n'eschappe
Qv'il ne soit pillé,
Ov desabillé.
Qvand ilz sont sovlz et pleins ivsqv'av crever
Comme povrceavx à dormir se mettront,
Et de ce liev ne les voirrez lever
Tant qv'ilz soient prestz à rendre levr estronc.
Et si pres d'evx vovs estes fronc à fronc
Ilz vovs donront des vinevses fvmées,
Qvi de sentevrs seront si enfvmées
Qv'ilz vovs feront mettre la main av naiz.
De petz ont tant levrs brayes parfvmées
Qv'ilz en sont tovs podagres et pvnaiz.

Les svsditz govrmans,
Tant qv'ilz sont dormans
Ne cessent des fesses
Lascher petz et vesses,
Apres qv'ilz ont bien reposé levr vin
A levrs valetz ilz criront et brairont,
Et de Iesvs le corps et sang divin
A tovs propos sans raison ivreront.
Et levr esprit si fort tovrmenteront
Qv'on les oyra tovsiovrs Diev repeter,
Et semblera à les voir reppeter
Qv'en ragez soient comme vn demoniacle
Et s'en criant se gardent de peter,
Croyez de vray qve ce sera miracle.
Qvant recveillez sont,
Avtre plaisir n'ont
Qv'a crier et braire
Av liev de bien faire.
Si qvelqve povre à levr porte demande
Ilz le feront crier vne grand' pose,
Pvis lvy diront par vne fvrevr grande
Av diable av diable, on ne void avtre chose
Certainement ce mot bien dire i'ose

Qv'vn tvrc à plvs de charité prospere
Qve ces gens l'acombles de vitvpere:
Car d'avarice ont le cvevr si tresplain
Qve si à boire ilz donnent à levr pere
Ilz le feront payer comme vn vilain.
              C'est vn bref arrest,
              Qve depvis qv'on c'est
              A vendre vin mis
              Qv'on n'a plvs d'amis.
Semblablement ma dame l'hosteliere
Povr attirer ievnes bragardz de ville,
Se maintiendra belle,frisqve et gorriere,
Et par ce poinct,remplira sa coqville:
Si elle est vieille,elle avra qvelqve fille
Qv'elle marira à qvelqve ievne veav,
Et devant lvy lechera le morveav
Des compagnons,qvi viendront leans boire,
Apres bon vin,se ioveront av bordeav,
Ce temps pendant ianin cvyra la poire.
               Apres govrmandise
               S'ensvit paillardise.
               Et povr le svbcide
               Sovvent homicide.
Si ie vovloys d'vne femme de bien
Faire vne pvte et ribavde paillarde,
Ie la vovdroys et ne s'en favdroit rien
Mettre à la main des taverniers en garde:
Car en bref temps la rendroient si gaillarde
Et si plaisante avx mignons et mvgvetz.
Qve svr le sein porteroit les bovcqvetz
D'orde lvxvre,ov elle s'adonneroit,
Et à la fin povr vn ov devx bancqvetz
Facilement elle s'abandonneroit.
              A bien regarder,
              Mignons sans lanterne
              Ne vont en taverne
              Qve povr paillarder.
A celle fin qve plvs d'argent recoivent
Chez evx ilz ont des paillardes servantes,
Qvi à tovte hevre incessamment vin boivent
Tant qve de boire elle sont tovtes pvantes:
Et des marchans si tresfort attirantes
Par beav parler chatoviller et sovbz rire,
Qve tovt le monde à levr cvlz pvans tire
Pvis s'en revient la bovrce vvyde et crevse,
L'vn à tovt chancre,et l'avtre sans mot dire

Recompensé d'vne bosse chancrevse.
Plvsievrs chambrieres
De ces tavernieres,
Sans craindre impropere
Font enfans sans pere.
Si vovs vovlez d'vne hontevse fille
Faire vne femme orgvillevse ehontée,
Mettre la favlt en taverne de ville
Et tost sera en svperbe montée:
Et des paillardz si trestost svrmontée
Qv'elle n'avra honte, horrevr ne vergongne.
De les prier lvy faire la besongne,
Et tovt ainsi comme vne chievre chavlde,
Elle attendra qv'on la remve et congne
Ne plvs ne moins qv'vne pvte ribavde.
Les libidinevses
Fille de Bacvs,
Par sentevrs vinevses
Mettent à bas cvlz.
Si la maistresse est orgveillevse et fol'e
La chambriere encor le sera plvs
Et de son corps bovtonné de verolle
Fera present avx pvtiers dissolvtz

Et donnera tant de baisers polvz
Tant de regardz et favx attovchemens
Qve par les yevlx de dovlx allechemens
Elle contraindra les mignõs avx devx lovppes
De regarder sovbz ses habillemens
Si elle à point le fev dens les estovppes.
Les servantes serves
D'hostes et hostesses
Favlte ont de Conserves
Povr garder levrs fesses.
Depvis qv'elle sont av vin affriandées
Elle ont perdv tovte simplicité
Et de Bacvs elle sont recommandées
Apriapvs Roy de lvbricité
Et sans prevoir à levr adversité
Font deshonnevr à tovs cevlx de levrs race
Car par le vin et les viandes grasses
Qvi levr esleve vn gros dovble menton
En elle n'ont avcvne amovr ne graces
Tant sentent fort l'espavlle de movton.
Les fines frettées
Sont tant affetées
Qve par levrs parolles
On les prend povr folles.
Vovs en voirrez de grosses et lippves
Qvi vovs feront horrevr à regarder,
Et de trop boire el' sont si corrvmpves
Qv'on ne les pevlt de lvxvre garder:
Impossibles est de les contregarder.
Car dv depvis qv elle y sont adonnées,
En levr parler sont tant desordonnées
Qve l'on diroit à ovyr levr langages,
Qv'a tovt le monde elle sont abandonnée:
Comme pvtains de villes et villages,
Tovt levr esperit
Pire qv'antechrist,
Svr tovte avtre vice
Tire à l'avarice.
Ie dy cela, et on le void à l'oeil
Qv'av chapperon des hostesses dv monde,
Il y à plvs de svperbe et d'orgveil
Qv'av demovrant de la machine ronde:
Si freres sont dv pevple qvi abonde.
A levrs logis qvand on y sovppe ov disne,
Qv'il semble à veoir qve la terre n'est digne
De les porter tant sont glorievse,
Povrce mignons qvi hantez levr cvisine

Gardez vovs bien de levrs mans dangerevses.
De ce ie me vante,
Qv'oncqves glv glvante
Ne prit si tresfort,
Comme hostesse mord.
En levr parler elles se contrefont
Povr demontrer levr grand’ depravité.
Et les gros biens qve par rancon elle ont
Levr font tenir lvbriqve gravité
Si fieres sont qv'a dire verité
Ce n'est qv'orgveil, ire, et ambition,
Et à raison de la presvmption
Qvi les avevgle en levr mondaine gloire,
Tant pleines sont de malediction
Qv'elle ont perd' tovt levr sens et memoire.
Av regne qvi covrt,
Il n'ya en covrt
Dames si tresfieres
Qve sont hostelieres.
Levr langves sont de la propre natvre
Dv vif argent, qvi n'a iamais d'arrest,
Incessamment parlent à l'adventvre
De mainte chose, et ne scavent qve c'est:
Et ovltre plvs, se sont femmes sans prest,
Femmes ie dy, sans grace ne mercy,
Qvi d'amasser ont Vn si grand sovcy
Le bien d'avtrvy en levrs coffres plié,
Qve povr vacqver à ces œvvres icy
Levr grand credo ont dv tovt ovblié.
C'est cas apparent,
Qv'amy ne parent
N'y est bien venv,
S'il n'a dv menv.
D'vne fierté elle ornent levrs langages
Si bien et beav qv'a les ovyr parler,
Vovs ivgeriez qve se sont femmes sages
Qvi par vertvs font levr grand brvit voller,
Et av contraire, il n'y à dessovbz l'air
Mastines plvs malhevrevses qv'elle sont.
Car ivsqve avx os vn homme pilleront
Et tireront son argent à grans sommes,
S'il n'a deqvoy, elles despovilleront
Et le mettront en beav cveillevx de pommes.
Contre droict vsage
Les habitz prendront,
Et levr demovront,
Povr vn sov engage.
B.

Qvand il levr viẽt qvelq̃s marchãs en trovppe
Bien eqvippez, montez comme sainct George, |
Levr cvevr s'esleve ainsi comme vne sovppe
Tant qve d'orgveil voirriez enfler levr gorge
L'vn covrt av foing, l'avtre covrt à la forge
L'avtre av seillier à rabiller les brides.
Et de levrs froncs elle font fronser levr rides
Criant apres les servantes bigottes,
Iehãne, bietrix, mcnez avx chambres vvydes
Ces gens de bien, levr tirez levrs bottes.
De pleine arrivée,
Margot la privée
Sera par delict
Mise svr le lict.
La chambriere en havlt les menera
Et salvra d'vng gracievx maintien,
L'vn lvy rira l'avtre la baisera
Et dv svrplvs, ie ne vovs en dy rien.
L'hostesse à bas qvi tovt entendra bien
Appellera sa margot devx, trois fois,
Margot margot, hav (dira elle) ie voys
Helas mon Diev ma maistresse m'escovtte,
Lors descendra par l'eschelle de boys

En rebrassant ses manches ivsqv'av cõvtte.
La paillarde govge,
Reviendra plvs rovge
Qv'vn coq de cvysine
Sans semblant ne signe.
Comme i'ay dict elle avra ses devx manches
Ivsqves av covtte en bonne mesnagere,
Verres prendra, nappe et serviettes blanches,
Et servira comme gaye bergere,
Elle fera de la fille legere
Deca, et la, el' covrra sans repoz,
Et en passant. dira mille propoz,
(Ie dy propoz) tressalles et vilains,
Et bien sovvent remportera les potz
Povr tirer vin qvi seront encor pleins,
Par baiser commvn
Les contentera
Et levr contera
Qvatre pain povr vn.
Incontinent elle redescendra
Apres qv'avra bien leché le morveav,
Et le miroer secrettement prendra
Povr regarder si son visage est beav:
Elle frotera son vinotevx mvseav,
B ii

Ses mains,son fronc, et son naiz chacievx,
Et semblera qv'elle vienne des cievlx
Tant elle sera de beavté glorievse.
Et qvand avra bien contenté ces yevlx
Retovrnera faire la gracievse.
Margot mal cœffée
Sa chair eschavffée
Elle frotte et lave,
Povr estre plvs brave.
Le cvysinier est de l'avtre costé
Bien empesché à faire sa cvysine,
Ce temps pendant qve monsievr le botté
Iecte Margot sovbz la blanche covrtine:
Il baise, il rid, il lvy prend la tetine,
C'est vn sov las dv grand plaisir qv'il à,
Mais en apres qv'il à faict tant cela,
Povr vn sov dev, trois payera de l'escot,
Et mavgré lvy,il passera parla:
Dont mavldira son hostesse et Margot. 
La plaisante chere
On trovve si chere,
Qv'on dict av depart
Le diable y ait part.

Qvand le mvgvet boit bon vin et qv'il baise
La chambriere,ov il prend son ragovst,
Alors il est si tresioyevx et aise
Qv'il ne lvy chavlt de la perte et dv covst:
Il à chapons,et povlletz à son govst,
Plovviers,pigeons,pastez de venaison,
Et d'avtres metz à si grande foyson
Qv'il est saovlé d'en voir tant en ce poinct.
Et mangré lvy,contre Diev et raison
Il payra tovt,et n'en mangera point.
L'hosteliere fine,
Son rost de cvysine
Sans brvict ne crier
Faict devx foys payer.
Semblablement pendant qve les marchans
Sont à dormir, et qv'ont le ventre plein,
Avcvns valetz des hosteliers meschans
A levrs chevavlx ostent avoyne et fein:
Et tovte nvict les font movrir de faim,
Mais qvant cevient q̃ poĩct dv iovr s'approche
Crainte d'avoir des ditz marchans reproche:
Dv svsdict fein reportent demy poys,
Voyla comment fein.chair,et vin embroche
Les taverniers revendent plvsievrs foys.
B iii

Si les bestes brvttes,
N'avoient langves mvttes,
Et si sens avoient,
Grans choses diroient.
Le iovr venv marchans se leveront
Plvs marmitevx qve vievx fõdevrs de cloches.
Comme esbahys s'entre regarderont
D'avoir tant bev de potz de vin en coches:
Alors l'hostelle en inivre et reproches
Levr contera povr vn solz trois ov qvatre,
Et povr crier, remonistrer ne debatre
Ne gaigneront vne petite maille,
Ains payeront tovt sans vn denier rabattre
Ivsqves av grain de la derniere paille.
S'ilz content par testes
Povr evlx et levr bestes
Trois foys plvs payeront
Qv'ilz ne debveront.
Il y avra cinq cens mille blasphemes
Qvand ce viendra à faire fin de compte,
L'hoste, l'hostesse, et les servitevrs mesmes
De parivrer ilz n'avront point de honte.
La compagnie on arreste et demonte

Ivrant la chair, la vertv et la mort.
Et l'hostelier qve le grand diable emport
Levr saisira les chevavlx à la bride,
Dont payront tant par rancon et effort
Qv'ilz s'en iront la bovrce tovte vvyde.
De levrs favx sermens
Et ranconnemens,
Ie m'esbahy fort
Qv'ilz n'en sovffrent mort.
De faict et force ilz seront ranconnez
Et menacez de levrs favx rvffiens
Et par ce point ilz sont tant estonnez
Qve contraĩctz sont de bailler tovs levrs biẽs
On crie apres comme svs povres chiens,
Et si encor respondent qvelqve mot,
Tovs les voysins qvi n'ont rien à l'escot
Y acovrront à gros bastons pvissans,
Et n'y avra si trespetit marmot
Qvi ne s'efforce à fovller les passans.
Viatevr estrange.
Fevt il vn sainct ange
En son droict sans port,
A tovsiovrs le tort.
B iiii

Apres qv'ilz ont esté pris à rancon
Et satisfaict ivsqves av dernier bovt,
S'ilz estoient tovs avssi fort qve Sanson
Si payront ilz la servante debovt:
L'ont ilz payée? encor n'esse pas tovt,
Il favlt apres av valet de costé
Bailler le vin povr le fein qv'a osté
A levrs chevavlx pevr d'estre trop povssifz
Bref il n'y a homme à pied ne botté
Qvi povr devx solz, n'en paye tovsiovrs six.
Av partir dv liev,
Povr le bel à Diev
Encor seront dictz,
Larrons et mavldictz.
Ie ne croy pas qv'il n'y ait en enfer
Cent mille foys de meillevrs diables qv'evlx,
Ne qve Sathan ne le grand lvcifer
Soient plvs meschans ne plvs deffectvevx.
Car ilz sont tovs tresaffectvevx
Avx biens mondains de ce mortel repere,
Qv'ilz n'ont sovcy de Diev ne de sa mere,
Et ayment mievlx povr les biens de levrs coffres
Estre dampnez à levr grand vitvpere

Qve de laisser levrs mavvais enfans povres.
Le fol tavernier
Favlx et detestable,
Povr vn sevl denier
Se donra av diable.
A ces gens la ne cherchez amitié
Non plvs qv'a tvrcs, Ivifz, ov sarrasins:
Cavse sont gens sans amovr ne pitié
Qvi ne feroient plaisir à levrs voysins.
De vigne verte achettent les raisins,
Et svr les lievx vont devers l'indigent
Y mettre enchaire,et avancer argent,
Dont par vsvre avront comme mavldictz,
Povr devx escvs de bon vin dovlx et gent
Qvi en vandenge en vavldra plvs de dix.
Les pavvres ignares
Sont si tresavares,
Et si indispoz
Qv'ilz n'ont nvl repoz.
La chair le monde et le diable les tiennent
Si enchesnez avx chesnes d'avarice,
Qve ievz de dez et de cartes maintiennent
Comme bovrreavx execvtevrs de vice.

Tovt levr sovcy est de vivre en l'office
Avec ivrevrs, macqvereavx, et yvrongnes,
Et maintenir chambrieres mignonnes
A celle fin qve par la paillardise,
Ilz pvissent faire amplement levrs besongnes
Tant de ce train qve de la govrmandise,
Femme de taverne
Paillarde govverne,
Et l'hoste dv liev
Entretient le iev.
Tovs levrs logis sont combien de blaspheme
De pvterie et avtre infameté,
Tel y va gras qvi en revient fort blesme
En grand ennvy et grosse povreté:
Maint riche enfant en à bien povre esté
Povr avoir trop freqventé ce dict liev.
Car povr certain la taverne et le iev
Et le bordeav ov se commet grand mal,
Sont proprement les ennemis de Diev
Et les chemins d'aller à l'hospital.
Povr bref colibet
Dy sans rien promettre,
Qve ces lievx font mettre
Maint homme av gibet.

Il n'y à donc pas grande difference
Entre paillardz, iovevrs, et taverniers,
Ces trois logis sont de si grand despense
Qve les marchans ilz laissent levrs paniers.
A les hanter, il favlt si gros deniers,
Qve si vn homme avoit avtant de bien
Qve l'Emperevr, ov le Roy treschrestien,
Et il vovloit en faire l'amovrevx,
Il y perdroit et ne s'en favdroit rien
Car c'est le iovg des povres malhevrevx.
Iev de qville etbille
Et amovr de fille
Et train d'hostelier,
Font l'homme lier.
Tables, et bancs, scabelles, litz, et coffres,
Sont tapissez de cartes et de dez,
Cevlx qvi y vont en reviennent tovs povres
En vn moment ont levrs biens hazardez:
Car ces trois lievx sont si bien accordez,
Qve si l'vn prend, l'avtre tire encor mievlx.
Et dv sang Diev sont arrovsez les lievx
Tant qv'a la fin povr le dernier svbcide.
Apres vin boire et le iev vicievx

Il s'y commet bien sovvent homicide.
Levrs chambres sont pleines
D'offences vilaines,
Et levrs sales grasses
De mavvaises graces.
En levrs logis plains de vers et de taignes
Ov est logé le grand diable d'enfer
Mettent de Diev et des sainctz les ensaignes
Povr appeller les svppostz lvcifer
Et à celle fin de faire trivmpher
Levrs ditz logis, ov n'ya qve desroy
Pendre font tovs svr le pavê dv Roy
De grans tableavx et ensaignes dorées
Povr demonstrer qv'ilz ont fort bien deqvoy
Et qv'il y à de tresgrasses porées,
Av lievx de peché
Diev est affiché
Et pris par le corps
Par ire et discovrs.
L'vn povr enseigne avra la Trinité
L'avtre sainct Iehan, et l'avtre sainct Savin
L'avtre sainct Mor, l'avtre l'hvmanité
De Iesvs Christ nostre savvevr divin

De diev des sainct font levrs crievrs de vin
Tant avx citez qve villes et villages
Et vovs mettront dessvs les grans passages
Avx lievx d'horrevr et d'immvndicité
Des svsdictz sainctz les devotes ymages
En prophanant levr preciosité.
Bien mievlx il vavdroict
Y mettre par droict
De beavx oyseavlx peins
Qve non pas les sainctz.
Si vovs passez av pres de ces dictz lievx
Qv'y orrez vovs, si non noyse et discord
Et s'escovttez les govrmans malhevrevx
Qv'y orrez vovs, si non la chair et mort
Comme povrroit en vn liev si tresord
Habiter Diev paisible et impassible
Certainement c'est vn cas impossible
Et povrce dy qv'on d'evst (vev les debatz)
Y apposer le bestail insensible
Et des dictz sainctz mettre ymages à bas.
Il n'appartient point
Tenir en ce poinct
Les dictz sainctz parfaictz
En lievx si infaictz.

Les gens de bien qvi ayment levr honnevr
Commvnement hayssent la taverne
A la hanter on n'a qve deshonnevr.
Et d'avtre part,rend l'homme sec et terne
Les vns s'en vont sans torche ne lanterne
Tovs nvdz en blanc,sans maille ne denier.
Et si faschez dv larron tavernier
Qve hien sovvent par colaire tresgrande
llz viennent tovs à levr Diev renier
Qvand de l'escot l'hostesse trop demande.
             Povr finalle clavse
             Hosteliere est cavse
             De mille sermens
             Et parivremens.
Qvand vn marchant povr taverne tenir
Vient à laisser son train de marchandise,
De son salvt ne lvy pevlt sovvenir
Par avarice ov son cvevr tire et vise.
Compte ne tient de Diev ne de l'Eglise
Ains n'a sovcy qve d'amasser dv bien,
Et s'il estoit avssi homme de bien
Qve fevt iamais monsievr saĩct Iehã baptiste
Meschant sera de ce n'en favldra rien
Et deviendra malicievx et triste.
              Argent qvi ard gent,
              Par sa grand' poison,
              Rend l'homme indigent
              De tovte raison.
Depvis qv'vn homme y est affriandé
Avtant vavdroit qv'il fevst defia pendv:
Car en apres qv'il à tovt govrmandé
Compte on n'en tient non plvs qve d'vn pẽdv
Et qvand il void qv'il à tovt despendv,
Le malhevrevx plvs mordant qv'vn lezard,
A desrober il se met av hazard
Et tant persiste en son infame vice,
Qv'a la parfin vient à gaigner la hare
Qvand de fortvne il est pris part ivstice.
              Tovt homme govrmant
              De pvtes amant
              Tombe dv bordeav
              Avx mains dv bovrreav.
O qv'il y à sovbz la machine ronde
De beavx enfans,et de grosse maison,
Qvi par hanter les tavernes dv monde
Font maint larcin à levr grand meprison.
Et qvand ilz sont detenvs en prison
Tovs levrs parens en sont si empeschez,
Qv'ilz sont cõtranctz racheter levr pechez,
Et nonobstant encore bien sovvent,
Qvand ilz les ont des liens destachez
Revont à mal, dont ilz sont mis av vent.
Povr contregarder
Les enfans de Diev,
Il les favlt garder
De taverne et iev
Les plvs grans mavlx qvi svs la terre adviẽnẽt
Viennent ce iovr des hostes et hostesses,
Qvi les enfans de maison entretiennent
Ce temps pendant qv'on dict vespres et messes
Par gras morceavlx et iniqves promesses
Avx dictz enfans donnent occasion,
De desrober sans restitvtion,
Pere et amys, à levr grand preivdice,
Dont à la fin povr retribvtion,
Tresaigrement sont repris de ivstice.
Tovt enfant yvrongne,
Qvi laisse besongne
Povr avaller vin
Fera malle fin.

Qvand il levr vient de levr bon vin despeche
Et qv'en levrs mais voyent tant de pecvne,
El' n'ont sovcy si l'on chante ov s'on presche
Ne en levr Diev fidelité avcvne.
Le iovr de feste et à l'hevre importvne
Qve l'on sera à faire le service,
Elles seront dessvs levr avarice
Et à tenir les yvrongnes à table,
L'esqvelz pendant qv'on faict ledict service
Sont à vacqver avx œvvres dv grand diable. Covstvmierement
Avx iovrs principavx,
Malhevrevsement
Se font les grans mavlx,
Av temps present on à beav levr deffendre
De bailler vin dvrant ladicte messe,
Mavgré le Roy ne laisseront à vendre
Et à tenir ievz de dez à largesse.
Car en ces iovrs c'est qvand il y à presse
Et qve levrs lievx sont to' pleins d'yvrõgnise
Parqvoy il favlt qvand on est à l'eglise
Qv'a levrs govrmans ilz l'ovvrent la taverne,
Et qv'a tovte hevre ayent la nappe mise
Ce temps pendant qve le diable govverne.
C

Si l'homme inconstant,
Aymoit Diev avtant.
Comme il faict le vin.
Il seroit divin.
Ceste avarice est si fort atractive
Qv'on laisse Diev povr covrir apres elle:
Et de tovt mal si tresfort cavsative
Qv'ovblier faict tovte amovr fraternelle.
C'est celle la,qvi d'vn favx cvevr et zelle
Tasche à tromper ses parens et amis.
Et dv depvis qv'homme ov femme c'est mis
A la servir d'vn cvevr desordonné,
Dire pevt bien qv'il est des ennemis
Tenv captif,et qv'il s'en va damné.
La dicte avarice,
Est vn si grand vice
Qv'occit de sa fronde
Les trois pars dv monde.
C'est celle la qvi contrainct l'hostelier
De ranconner les svsditz viatevrs,
On à beav dire et beav la svpplier
Rien el' ne faict povr les predicatevrs.
Les taverniers qvi sont ses servitevrs,

Lvy ont ivré,qve ce qvi ne vavdra
Qv'vn sov av plvs,qve qvartier on le vendra,
A l'interest et tresgrand preivdice,
De celvy la,qvi pain et chair prendra
Sans marchander comme folastre et nice.
Qvi se vovldra bien
Des hostes garder,
Qv'il ne mange rien
Sans le marchander.
Qvand l'hostelliere à le brvict des yvrõgnes
Et qvel' se void vn grand amas d'argent,
Cela lvy faict si enfler ses devx trongnes
Qv'elle ne faict compte d'avcvne gent.
Qvand elle void qvelqve gros president
Loger chez elle et qv'elle à tovt l'apport,
Alors son cvevr s'esleve si tresfort
Qv'il semble à voir sa myne et contenance,
Qve crainte el' n'ait de diable ne de mort
Et qv'il n'y ait femme plvs riche en France.
Qvand gros train lvy vient,
Svperbe la tient
Et si fiere elle est
Qv'el' n'a point d'arrest.
C ii

Regardez moy ces hostesses pissevses
Elles seront dessvs levrs bancz assises,
En grand orgveil et si tresglorievses
Qv'on ivgeroit qve sont femmes rassises
Le naiz el’ ont rovge comme cerises
Et en cela se pensent si tresbelles,
Qve s'il advient qve qvelqv'vn parle à elles
Et lvy tiendront gravité si tresgrande,
Qve de fierté les mavdictes fvmelles
Ne respondront à ce qv'on levr demande.
Fiere taverniere,
Qvi à la maniere
D'orgvillevse pompe
Commvnement trompe.
Si tovt l'orgveil qvi fevt iamais av monde
Estoit perdv,on le recovvreroit,
Av mavdict corps de l'hosteliere immvnde
Qvi d'vn covsteav son cvevr insiseroit.
Et vovs dy plvs, qve l'on y trovveroit
Ire, larcin, avarice, et vsvre,
Avec potz de mavvaise mesvre,
Et qvi pis est,dens le profond miliev,
Vn gros fardeav de charnelle lvxvre

Covvert de dez et d'impvdicqve iev.
El' ont si grand ventre
Et si grosse pance,
Qve tovt mal y entre
Par fiere arrogance.
Tant graves sont les dictes hostelieres
Qve par svpperbe elles se font nommer,
Dames sans qveve, ainsi qve chevallieres
Des grans seignevrs qvi sont à renommer.
Or en ce liev ie les vevx svrnommer
Povr levr oster ce tiltre des princesses.
Ie les baptise et les nomme diablesses,
Fille dv diable (encor de lvcifer)
Qvi levr donna svr levrs paillardes fesses
Des gros fovetz,et des verges d'enfer.
Les salles infames
Qvi se contrefont,
Appeller se font
Par levrs servans,dames.
Si en passant vovs ostez le bonnet
En levr faisant honnevr et reverence,
Vn fier regard vovs donront de cornet
En meprisant vostre honneste presence.
C iii

Et ovltre plvs, d'vne folle loqvence
Se gavdiront et mocqveront de vovs,
Et fvssiez vovs tovt vestv de velovs
Si vovs parlez el' branleront les testes:
Car levr langage est si hvmain et dovlx
Qv'a les ovyr semble de grosses bestes.
Les favlces hydevses,
Sont si orgvillevses
Qv'a levr marcher semble
Qve la terre tremble.
Avtant vavdroit estre entre les serpens
Qv'entre les mains de ces mastines la,
Levrs bravetez maintiennent avx despens
Des viatevrs qvi s'en vont boire la.
Qvand à par moy covsidere cela,
Ie m'esbahy tovtes les foys qv'y pense
Cõme le pevple est si plein d'imprvdence
De s'y aller si sovvent povrmener
Et comme c'est qv'a tant de patience
De se laisser ainsi fort ranconner.
Il n'ya garson
Ne nobles de pris,
Qv'ilz ne soient d'evx pris
Par force et rancon.

Povr levr deffence ilz disent avx marchans
Qve le hvictiesme est à si grand preis mis,
Qv'ilz sont contrainctz tant avx villes qv'avx chãps
De vendre chair, et fvsse à levrs amis.
Et les mastins inicqves ennemis
Evx mesmes sont qvi y mettent l'enchere
Car ceste ferme ilz montent si treschere
Qve bien sovvent savf tovtes levrs raisons,
Tant povr cela qve povr levr bonne chere
Plvsievrs d entre evx povrrissent avx prisons.
Comme papillons
Se brvslent les esles,
Le trompevrs brovillons
S'ardent avx chandelles.
Si pain et vin estoit donné povr rien
Qv'amarche fevt tant aval comme amont,
Les vievx povrris prendroit tovt avssi bien
Cinq solz povr table en la sorte qv'ilz font
Car à piller si acovstvmez sont
Qve si le Roy qvi levr à faict deffendre
Les debvoit faire avx galleres descendre
Et enchesner comme povres captifz,
Il se feroient plvs tost av gibet prendre
Qve s'en garder, tant ilz sont fort actifz.
C iiii

Chascvn se renforce,
De faict et de force
A piller sans crainte
Les gens par contraincte.
Il y à plvs d'hvmaine charité
Avx sarrasins payens et infidelles,
Qv'a ces gens la pleins d'inhvmanité
Qvi vivent tovs des larcins et cavtelles.
Levr paovre vie ilz gaignent en qverelles
Et en debatz,la plvs grand' part dv temps,
Prenans l'argent des foibles et potens
Sans craindre Diev, ivstice, Roy ne Roch.
Et levrs larcins novs sont si trespatens
Qve tovt le monde à crainte de levr croc.
De levr croce acrocent,
Et les gens parforcent
Si fort qv'en recoevent,
Trop plvs qv'ilz ne doibvent.
Homme de bien qvi ayme son honnevr
Estimez vovs qv'il se vovlsit mesler
De cest estat, povr avoir deshonnevr
A ranconner desrober,et piller?
Certes trop mievx aymeront travailler

Et labovrer en temps chavlt ov en plvye,
Qve de gaigner si povrement sa vie:
Car le train est si svbiect à la pince:
Qv'il conviendra povr en oster l'envie
Qv'avcṽs d'entre evlx soiẽt pvnis p,le prince.
Qvand ce vient av compte,
Ilz n'ont point de honte
Crier à levr porte
Povr avoir main forte.
Semblablement femme discrette et sage
Qvi vivre vevt selon Diev et raison,
Vovldroit el' bien en si pitevx vsage
Gaigner sa vie en telle meprison?
Et tovs les iovrs avoir en sa maison
Mille discordz dv pevple qvi abonde?
Nenny de vray,povr tovs les biens dv monde:
Car c'est estat est si tresvil et ord,
Qv'est comparé à vn bordeav immvnde
Dvqvel tovte ire et paillardise sort.
Si avx cievlx ilz vont,
Povr les biens qv'ilz font,
Le diable sera
Qvi les portera.

Ne plvs ne moins qve paillardes gorrieres
Pillent, paillars ivsqves av dernier denier.
Les hosteliers et favlces hostelieres
Ranconnent tovs les passans av payer.
Vne pvtain ne craint Diev renier,
Non faict vn hoste et vne hostesse avssi.
Vne pvtain n'a honte ne mercy,
Semblablement non à la taverniere,
Parqvoy ie dy qv'ilz ont vn mesme si,
Vn mesme estat et semblable maniere,
Pvtte se novrrit
D'orde pvterie,
Et l'hostesse vit
De ranconnerie.
Vne pvtain qvi entend sa matiere
Honte n'avra paillardz desabiller,
Hostesse avssi avdacievse et fiere
Ne craindra point ses hostes despoviller.
Vne pvtain ne se faiact de piller,
Non faict non plvs vne hosteliere yvrongne,
Vne pvtain d'inivres n'a vergongne.
La taverniere encores en à moins,
Dont tovtes devx vivent d'vne besongne,

L'vne dv grip,l'avtre dv croc des mains.
Si l'vne desrobe
L'avtre pille avx lievx,
Si l'vne à la robe
L'avtre à qvi vavlt mievx.
Vne pvtain vend sa chair cherement
Si faict hostesse encor mille fois plvs,
Vne pvtain n'a ne foy ne serment
Non n'a l'hostesse en ses propoz polvtz.
Vne pvtain n'ha qve gens dissolvtz
Non n'a l'hostesse en son ordre et facon.
Vne pvtain ne vit qve de rancon
Non faict hostesse en sa forme de vivre.
Et de qvaqvet el' ont vn mesme son.
L'vne govrmande,et l'avtre tovsiovrs yvre.
La pvtain par force
Le paillard meschant,
Et l'hostesse force
Le povre marchant.
Vne pvtain entretient ievz de cartes,
Si faict hostesse en tovt temps et saison.
Vne pvtain à tovsiovrs vin avx qvartes
Si à l'hostesse en sa grosse maison.

Vne pvtain n'a cvre d'oraison,
Non à l'hostesse en sorte qve ce soit.
Vne pvtain mille noyses conceoit,
Si faict avssi semblablement hostesse.
Voyla comment le grand diable en receoit
L'vne paillarde, et l'avtre larronnesse.
La pvtain boit bien
Il ne s'en favlt rien,
Si faict hosteliere
Comme vne galhere.
Vne pvtain appelle les mignons,
Si faict hostesse avssi bien comment elle,
Vne pvtain entretient compagnons
Si faict l'hostesse assise svr sa selle.
Vne pvtain à payer est rebelle
Si est l'hostesse avx hostes qv'elle loge.
Pvtte ne prend les povres en sa loge.
Non faict hostesse vn povre homme indigent.
Tovtes devx sont ivstes comme vne orloge
A bien piller et desrober argent.
L'vne est orgvillevse
L'avtre glorievse,
Et avx ievz et tables
Tovtes devx semblables,

Vne pvtain tient fort de sa personne,
Si faict hostesse avtant qv'homme ne femme
Vne pvtain n'est plaisante ne bonne,
Non est hostesse en son avdace infame.
Vne pvtain se vevlt appeller dame,
Si faict hostesse et tenir gravité.
Vne pvtain vit en perplexité,
Si faict hostesse en peril dangerevx.
Vne pvtain novrrit lvbricité,
Et l'hosteliere yvrongnes malhevrevx.
Pvtain saffre et seche
Le lvbricqve alleche,
Et l'hostesse trompe
Le monde par pompe.
Vne pvtain ne va gvere à la messe,
Non faict hostesse av service divin.
Vne pvtain est aise qvand à presse,
Si est hostesse à boire de son vin,
Vne pvtain ne tend qv'a malle fin,
Non faict hostesse en son ambition.
Vne pvtain n'a qve deception,
Non n'a hostesse à tromper ievne et vievx
Tovtes devx sont d'vne complection,
Or ascavoir laqvelle vavlt le mievx.

Entre levrs mains fond
Dv bien à largesse,
Dont ie les vovs laisse
Povr telles qv'el' sont.
Si novs parlons de la varieté
De l'hostelier deceptif et mocqvevr.
Novs trovverons qv'a la proprieté
Dv rvffien, macqvereav, et iovevr.
Le iovevr est commvnement trompevr,
Avssi est hoste avtant qv'il est possible.
Le iovevr est fort noysif et terrible,
Avssi est hoste à vendre sa despense:
Dont vev levr vie et levr estat horrible
Des devx estatz n'a pas grand' difference
Iovevr trompe et prend
Argent sans vsvre,
Et hostelier vent
A favce mesvre.
Le iovevr est covstvmier de mal faire
Avssi est l'hoste à tovt vice adonné,
A vn iovevr à tovsiovrs à reffaire,
Avssi à il à l'hoste abandonné.
Le iovevr est mal complectionné,
Avssi est l'hoste entre gens mal apris.

Le iovevr est sovventes fois repris,
Avssi est l'hoste en son estat hidevx,
Qvi les vovldroit ivstement mettre à pris
On ne seroit leqvel prendre des devx.
L'vn ayme ie iev
Et l'avtre hait Diev,
Tovs devx ayment bien
A ne faire rien.
Le iovevr ayme à desievner matin,
Avssi faict l'hoste sortant de sa covche.
Le iovevr crie et mord comme vn mastin,
Avssi faict hoste avssi tost qv'il descovche.
Le iovevr vevlt entretenir sa bovche,
Avssi fait hoste encore plvs a sienne.
Le iovevr vevlt qve chascvn l'entretienne.
Avssi faict l'hoste en la forme et facon.
Le iovevr vevlt qve son tort on sovstienne
Et l'hostelier mesmement sa rancon.
Le iovevr perd sa cape
Qve l'on porte av vin,
L'hostelier la happe
Dont est le plvs fin.
Le iovevr ivre et blaspheme à tovte hevre,

Avssi faict hoste à tovs commvns propoz.
Ledict iovevr ne pense point qv'on mevre,
Non faict vn hoste av pres de pinte et potz.
Vn iovevr n'a en ce monde repoz,
Avssi n'a hoste à crier ne à braire.
Qvand iovevr perd, à peine le pevlt taire,
Et hoste avssi, qvand il perd qvelqve escot,
Tovs devx ilz sont d'vne semblable affaire
Sans qv'il y ait à redire vn sevl mot.
Iev met homme nv
Comme vn ver de terre,
Et l'hoste incongnev
Av froid svs la pierre.
Le iovevr ayme à dormir grassement,
Et hoste avssi qvand à la pance pleine.
Le iovevr hait à vivre sobrement,
Avssi faict hoste vne abstinence hvmaine.
Le iovevr donne vne fiebvre qvartaine,
Et l'hostelier vn grand diable l'emport.
Le iovevr vevlt en tver vn bien mort,
Mais l'hoste craint covpper de nvict la gorge
Sans ce poinct la, ilz sont tovs devx d'accord
Frappez d'vn coing et d'vne mesme forge.

L'vn est paillardeav
Et l'avtre pvtier,
De levr droict mestier
Sentent le cordeav.
Doncqves vn hoste et vn iovevr yvrongne
Sont à pev pres d'vn mesme estat et ordre,
Tovs les devx ont vne semblable trongne
Et n'ont point pevr de scandalle et desordre.
Si l'vn boit bien, l'avtre ayme mievx à mordre
Et par ainsi il n'ya point de noyse:
Car tovs les devx ayment estre à levr aise.
Si le iovevr est larron et pipevr,
Le tavernier, mais qv'il ne lvy desplaise,
Est encor plvs deceptif et trompevr.
En levr vice immvnde
Sont sans valoir rien,
Avssi gens de bien
Qve meschans dv monde.
Bref c'est pitié qve de cest estat la
Chascvn le void tant yver comme esté,
Et m'esbahy qvand ie pense à cela
Qv'on ne met ordre à levr meschanceté.
Entre levrs mains on est si mal traicté
D

Qv'il n'ya gens soient nobles ov marchans
Qvi osent plvs aller dessvs les champs:
Car on levr vend tovt si cher sans propoz,
Qve d'hosteliers malhevrevx et meschans
Ilz sont pillez et mangez ivsqve avx os.
N'esse pas rancon
Et vn grand deffavlt,
Prendre povr cvisson
Plvs qve tovt ne vavlt.
Devant mes yevlx i'ay vev en pleine rve
A vne hostesse achepter svr le banc,
Povr six deniers d'vne vieille morve
Qvi ne valoit à peine pas vn blanc.
Or devinez (sans le vin ne pain blanc)
Combien el' fvt avx compagnons vendve?
Ie sois mavldict si la favlce pendve
N'en feit payer devx solz et six deniers.
Or regardez si c'estoit chose dve
Et combien c'est qve gaignent taverniers.
I'ay vev mesmement
Par ranconnement,
De devx harencs blanc
Payer qvatre blans.
Povr la cvisson de devx chappons rotis

De devx gigotz et bœvf bovilly avx chovs
Les ranconnevrs de raison divertis
Firent payer (cõme on ma dict) vingt solz.
Or en cela qve levr respondriez vovs?
Qve feries vovs à cest acte damnable
Il favlt payer, fevt ce Diev ov le diable:
Car apres evx il n'ya point d'appeav,
Et levr covstvme est si tresmiserable
Qve s'ilz povvoient ilz avroient vostre peav.
Larrons de bocages
Sont brigans savvages,
Hostes depravez
Sont larrons privez.
Ce qv'il levr covste vn dovzain av plvs cher
Povr le fin moins qvattre vovs le vendront,
Si c'est poisson, œvfz, fovrmage, ov bien chair
Comme i'ay dict, les trois pars gaigneront.
Et av svrplvs ilz vovs ranconneront
Svr pain et vin, en si grande menace,
Qve vovs payrez ivsqve à la nappe grasse:
Car il n'y à ainsi comme ie pense,
Homme si sainct ne de si bonne grace
Qvi av compter ne perde de patience.
Dii

Si i'avoys main forte
Dv Roy, sans mesprendre.
Ie les feroys pendre
Tovt devant levr porte.
Si vovs vovlez marchander la viande
D'vn cvevr despitilz vovs rechineront,
Et l'hostelier et hostesse friande
Comme devx chiens s'entreregarderont.
Et en apres dovlcement vovs diront,
La, la, mangez on ne vovs tvra pas.
Mais s'il advient qve prenez le repas
Sans faire pris comme ay dict avtre part.
Ilz vovs vendront si trescher levrs chovs gras.
Qve vovs direz le grand diable y ait pars.
Ne mangez donc rien
Sans faire marché,
Car plvs qv'av marché
Vovs le vendront bien.
Qvand on marchande, ilz la tiennẽt si royde
Qve l'on ne scait qve levr dire et offrir,
Encor sovvent vne viande froide
Rechavfferont povr vovs faire movrir.
Qvatre ov cinq iovrs la laisseront povrrir
Et ayment mievlx qve les vers y soient pris,

Qve la donner à raisonnable pris.
Car de Diev sont si loing et estrangez,
Qv'ilz vovs vendrõt vn dovxaĩ devx œvfz fris
Si à levr mot,levr chair vovs ne mangez.
Ie ne m'en pvis rire.
Car il favlt bien dire,
Qve diable govverne
Les gens de taverne.
Qvand les passans ont pris refection
Levrs demovrans qv'ont payé cherement,
Et revendv sans restitvtion
Et mis à poinct bien et songnevsement.
Les reversez dv vin semblablement
Sont assemblez, tant sont larrons et chiches.
Le reste avssi, des gros qvartiers de miches
Gardent tresbiẽ, dens levrs bvffetz et coffres.
Voyla comment ilz sont pvissans et riches
Av preivdice et interest des povres.
Sans trop m'eschavffer
Ie dy et le croy,
Qv'ont avtant de foy
Qv'vn diable d'enfer,
Tovs ces biens la, ne sont ce pas les rentes
D iii

De cevx qvi ont indigence de pain?
Seroit on voir favltes plvs apparentes
Qve desrober cevlx qvi mevrent de faim?
Par vostre foy n'est pas bien inhvmain
Celvy qvi oste à plvs povre qve soy?
Certes si est,et contre tovte loy:
Parqvoy ie dy qve les favlx, arrogans.
Sont mille foys avec tovt levr aloy
Pires beavcovp qve larrons et brigans.
Conscience n'ont
Des larcins qv'ilz font,
Et advis levr est
Qv'a Diev cela plaist.
Verrez et potz, esgovttent govtte à govtte
Sans en donner vne larme povr Diev,
Et tovt cela qvi en sort et degovtte
Viendront encor avx passans svr le liev.
Voyla comment en taverne et en iev
Le povre pevple est decev et trompé,
Et l'indigent à levr porte campé
Qvi dvdict bien est le propre heritier,
Tremble de froid tovt movillé et trempé
Et rien ne gaigne à plorer ne crier.

La govtevse govtte
Ov nvl ne void govte,
Si pvisse bovter
Povr les desgovrer.
Si vn podagre ov vievx ladre barbev
Laisse dv vin en son verre vilain,
Par avarice, aprez qv'il avra bev
Son demovrant serreront sovbz levr main.
Et le donront à vn avtre homme sain
Qvi pensera qv'il vienne dv tonneav,
Il le payra comme vn vin bon et beav
Et le boyra, estimant qv'il soit frais,
Dont mievx vavdroit ne boire qve de l'eav
Qve de tomber à ces dangers et fraits,
Il n'y à si ord
Ne si palle et mort,
Qvi n'ait chere forte
Mais qv'argent il porte.
Vve pvtain baisera vn meseav
Combien qv'il ait la chair orde et immvnde
Et povr argent lvy tendra le mvseav
Tovt avssi bien qv'a plvs sain de ce monde.
Semblablement hostesse fvribonde,
Diiii

Donra à boire avssi tost av leprevx
Comme à vn ievne et gaillard amovrevx:
Car si el' scait qv'ait de l'argent menv,
Tovt farcinevx, povrry, et verolevx
Comme vn avtre homme il sera bien venv.
Il eft bien vray dict
Sans nvl contredict,
Par argent de tovt,
L'homme vient à bovt.
Les reversez passez par mille bovches
Qvi dens les potz avront crovpy long temps,
Pleins de crachatz et de petites movches
Vovs feront boire (encore bien contens)
Et ovltre plvs ainsi comme i'entens,
Les vievx degovtz des pipes à baricqves
Sentans l'hvmevr des caves aqvaticqves
Meslez avec la lavevre des potz,
A levrs provfitz et damnables praticqves
Vovs bailleront povr vovs rendre indispoz.
Vev les brovillemens
Et tribovillemens,
Ie m'esbahy comme
On ne les assomme.
Scavez vovs bien comment ilz se deffont

D'vn mavvais vin tost et legerement,
Avx estrangiers qvi leans boire vont
En donneront povr le commencement,
Ilz en boiront de devx potz sevlement
Vn demy voirre, pvis levr remettront
Et a l'hostesse et à l'hoste diront,
Baillez dv bon et novs le vendez bien,
Ilz en avront. mais point ne laisserõt
A bien payer celvy qvi ne vavlt rien.
Voyla la facon
Comme ont par rancon
Contre droict divin
L'argent et levr vin.
Avx lacz dv diable ilz sont si attrappez
Qv'il ne levr pevt qve tovt mal advenir,
Vievx vins povssez mettent dedans rappez
Par medecine et povr les raievnir.
Et en pensant les faire revenir
En levr bon govst qvi est contre natvre,
Levr font sentir esvent et povrritvre
Mais nonobstant qv'ilz n'en viennent abovt,
Avx viatevrs par grande forfaictvre
Povr en govster levr feront payer tovt.

C'est vn bref mot rond,
Pevr qv'il ne se perde
S'il sentoit la merde
Payer le feront.
Qvand bien ie pense à ceste orde licvevr,
Et avx abvs des brovillons taverniers,
Esbahy svis comme l'homme à le cvevr
Boire cela qvi ne vavlt devx deniers,
S'il ya gens av monde lanterniers,
Cevlx la en sont, car av train de taverne,
Il favlt tovsiovrs à la main la lanterne
Povr triboviller les mavvais vin qv'on forg
Ay songer, cela me rendit si terne
Qv'a bien petit qve ie n'en rens ma gorge.
Sont bon ov mavvais
Povr en essayer
Il le favlt payer
Qvi vevlt avoir paix.
Telz ont sovvẽt qv'vn mvy de vĩ en broche
Qve s'on demande à combien vendez vovs 
Ilz vovs' diront sans crainte de reproche
A six, à hvit, et à dix le plvs dovlx.
Voyla comment les yvrongnes ordovx
Vn mesme vin ilz vendent à trois preis,

Sans de ivstice estre attains ne repris.
Dont comme bon svr la table covrra,
Bref, en levrs lacs les plvs rovges sont pris
Povrce chascvn s'en garde qvi povrra.
Peres, meres, filz,
Sont à levrs provfitz
Si tresadonnez,
Qv'ilz sont gens damnez.
Les malhevrevx et mavldictes sortieres
Qvi par rancon mettent vn homme en blanc,
Rassembleront tovs les vins des bassieres
Et les viendront comme vn bon frais et franc.
Blanc et clairet, avssi espes qve sang
Avec vermeil ensemble messeront,
Et tresfort ilz le tribovilleront
Qve qvand sera dens le verre versé.
Point n'en boirez, Et pvis ilz vovs diront
Qv'il est novveav charité et persé.
Combien qv'il ne vaille
Vne sevle maille,
Si le payerez vovs
Comme vn bon et dovlx.
Povr l'avoir bon, il favlt garnir la main

Av servitevr,et lvy donner son vin,
En ce faisant avrez le pot tovt plein
Dv plvs friant, tresexcellent et fin.
Mais nonobstant qvand en serez à fin,
Secrettement on vovs le changera,
Et le valet à croire vovs fera
Qve c'est dv mesme,et qv'estes desgovttez:
Et par ainsi,povr bon il passera
Comme si point ne vovs estiez dovbtez.
Il se donneront
Av diable.en pvr don,
Et se mavldiront
Si ce n'est dv bon.
Les paillardeavx mavplaisans et yvrongnes
Semblablement tiennent si grande gloire,
Qv'il semble à voir à regarder levrs trongnes
Qve se soient dievx en ce bas territoire.
Le vin si fort levr trovble la memoire
Qve la fvmée en sort par les naseavx,
Et plvsievrs d'evx en deviennent meseavx:
Car de tant boire, ilz sont si trespetis,
Qve d'vne lieve on sent levrs ordz mvseavx
Ne plvs ne moins qve de ladres povrris.

Les malhevrevx corps
De cvevr inhvmain,
S'ilz estoient dehors
Ilz movrroient de faim.
Dedans Roven valetz sont appellez
Et à Paris nommez clercs de taverne,
Clercs d'yvrongnise ordovx et verolez
Qvi ont la chair tovte pvante et terne,
Proprement sont les clercs de mavgovverne
Les clercs dv diable ov tovt peché abonde.
Av demovrant les meillevrs filz dv monde.
Et ovltre plvs,l'esprit si maling ont,
Qv'il n'ya gens sovbz la machine ronde
Plvs adonnez à mal faire qv'ilz sont.
Qvand i'approche d'evx Levrs vievx naiz hidevx
Me pvt si tresfort
Qv'en svis à la mort.
Or qvant ce vient à compter vn escot
La langve ilz ont si legere et friande,
Qv'ilz sont payez ivsqv'av dernier mot
Et satisfaictz à levr peine demande.
Ilz compteront d'vne avdace si grande

Et si treshavlt, qve vovs esbahyrez.
Mais nonobstant à levr mot vovs payrez:
Car avssi tost qve les mavldictz svppostz
Avront compté, fvyr vovs lez vœrrez
Sans vovs tenir vn sevl mot de propoz.
Ce qv'ilz compteront
En tovte saison,
Payer le feront
Par force et rancon.
Comme i'ay dict, si tost qv'ilz ont compté
Svbit s'en vont de pevr qv'on n'en rabatte,
Si vovs aviez mille foys recompté
Cela payrez, qvelqve cas qv'on debatte.
Et en danger encor qv'on ne vovs batte
Si vovs grongnez contre les favlx ordovx,
Car fevssiez vovs tovs vestvs de velovs
Malgré voz dentz vovs passerez par la,
Entre levrs mains il convient filler dovx
Et le plvs beav c'est de payer cela.
S'ilz avoient taxé
Vn vievx œvf cassé,
Vn sov, contre droict
Payer le favdroit.

Hostes meschans levr chantent levr lecon
En levr monstrant la facon comme il favlt,
Piller, rober, par irevse rancon
Les povres gens ov pvissance deffavlt.
Et tovt expres ilz les font parler havlt,
A celle fin qve la maistresse entende
A combien c'est qv'ilz sont taxez d'amande,
Et qve dv compte ilz ne desrobent point.
Par ce moyen favlt qve chascvn levr rende
Ce qv'a compté ivsqves av dernier poinct.
Si maistresse est fiere
Telle est chambriere,
Et si maistre el' est
Tel est le valet
Qvand vn varlet scait bien pi'ler et prendre
Et ranconner les povres viatevrs,
A lors il est povr mavvaisement vendre
Fort estimé entre avtres servitevrs,
Et des gros lovps et mavlditz predatevrs
Et envié comme vne chiene chavlde,
Er de tant plvs il contrainct et eschavlde
Les ditz passans par cris et ivremens,
Et de tant plvs on le prise et collavde
Povr ses larcins et grans ranconnemens.

Av temps ov novs sommes,
On prise les hommes,
Plvs tost de mal faire,
Qv'vn de bonne affaire.
Diev scait commẽt qvãd le maistre et maistresse
Sont dẽs le lict qvelle chere ilz vovs font
Ilz ont pain vin,et la chair à largesse,
Or devinez si amalaise sont?
Avecqves evx les chambrieres ont
En liev secret qvi disent motz de gvevle,
Et ont le ventre avssi gros qv'vne mevle
De gras morceavx qv'el' fovrrẽt en levr pãce,
Apres cela, chascvne sevle à sevle
Des dictz valetz à qvatre tovrs de dance.
Ilz se resiovissent,
Et s'entregavdissent
Si bien et si beav,
Qv'el' font vn tombeav.
Povr le recveil l'vn faict provision,
D'œvfz, de fovrmage, et l'avtre de chair grasse
L'avtre de pain, et povr conclvsion
Dv melllevr vin qv'ilz trovvẽt point en place.
Et si ont bien ceste mavvaise grace

Qve s'ilz debvoient tovs movrir la de rire,
Ilz n'ayront pas à levr maistre le dire
Tant craignent fort la reproche et l'andosse.
Mais en apres par dancer et sovbz rire
Sovventes fois Margot en devient grosse.
              Tovs biens mal acqvis
              Par larcins conqvis,
              S'en vont par menvz
              Comme ilz sont venvz.
La taverne est le retrer et aport
Des gens volevrs,larrons,covpevrs de bovrces
Et tovs cevlx la qvi ont gaigné la mort
Comme en vn bois si en vont à grans covrces.
Se sont les lievx des fontaines et sovrces
Ov rvfiens se vont mettre en franchise:
Car tovt ainsi qv'on prend par tyrannise
Dedans les bois, chevavchevrs et piedtons,
Les gens y sont despovillez en chemise
Et renvoyez à gros covps de bastons.
             Qvand vn à robe
             Qvelqve bovrce grosse,
             Comme en vne fosse
             Se tient la covrbè.
Commvnement brigant fvit les campaignes
E
Et se retite avx halliers et bvissons:
Povr ce hosteliers, des rameavx font enseigner
Povr attirer tovs les mavvais garsons.
Et en levrs bois gens de tovtes facons
Qvi ont gaigné mille fois le cordeav,
S'y vont cacher avecqves levr fardeav,
Et assevrez ilz se tiennent leans,
Comme vn paillard av milliev dv bordeav
Entre les mains des larrons rvffiens.
C'est bois dangerevx
On bien se delvge,
Et le vray refvge
De tovs malhevrevx.
I'aymerois mievlx par les bvissons savvages
Passer cent fois qv'av boys des taverniers:
Car en passant les desertz et bocages
Il est permis de cacher ses deniers.
Mais si vn homme en avoit pleins paniers
Et avdict bois des taverniers le covvre,
Ribon ribaine, il favlt qve sa bovrse ovvre
Avx ranconnevrs qvi meritent la hart,
Car si tovt l'or et tovt l'argent dv lovvre
Passoit par la, ilz en avroient levr part.
              Tant cerchent et fovillent.
              Le povre indigent,
              Qv'apres son argent
              Tovt nvd le despovillent.
Povr demonstrer qve ce sont vers picqvans
Qvi picqvent l'homme à boire provoqvé,
D'vn bois picqvant les mavlditz applicqvans
Font levr bvisson à levr porte applicqvé.
Et nvl n'y va qvi ne soit fort picqve.
Car si le hovx le pevple poind et picqve,
L'hostesse rvde encore mievx repicqve
Povres passans fovllez et svffocqvez.
Et de sa pointe et trespicqvante picqve
Ivsqves av cvevr sont vivement picqvez.
              En levrs grans rancons
              Ilz sont en tovs lievx
              Avssi amovrevx
              Comme levrs bvyssons.
Ne plvs ne moins qve bvissons et cavernes
Sont povr loger ovrs, et lovps ravissans,
Les cabaretz, et tovtes les tavernes
Sont mesmement povr pelerins passans.
Et ne sont point ordonnez des pvissans.
E ii
Povr recepvoir vn tas de malfaictevrs:
Mais sevlemevt povr povres viatevrs
Comme marchans et messagiers pvbliqves.
Dont m'esbahy qve les refformatevrs
Ilz laissent boire avtres gens domestiqves.
              Avx gens de la ville
              Qvi ont domicile,
              On devst selon Diev
              Prohiber ce liev.
Cavse est cela de faire mille yvrongnes
Qvi av matin si tost qv'ilz sont levez,
Laissent sovvent à faire levrs besongnes
Povr govrmander comme gens depravez.
Et levrs enfans de grand faim agravez
Sont à ievsner pres de la povre mere.
Qvi en son cvevr porte dovlevr amere
Povr la pitié qv'elle levr void sovffrir,
Les hosteliers ont l'argent de levr pere
Dont levr convient de sovffrette movrir.
             On en void beavcovp
             En taverne vaine,
             Qvi tovt à vn covp
             Mangent levr sepmaine.
Les Thovlovzains ont mis si grand pollice
A ce cas la, qv'il n'y à tavernier,
Qvi ose asseoir, svr peine de ivstice
Homme dv liev, povr or ne svpplier.
Si vn voysin avec son famillier
Se vevlt esbatre, ainsi qve de raison,
Il est contrainct de boire en sa maison
Et d'envoyer qverir le vin av pot,
Par ce moyen, en tovt temps et saison.
Femme et enfans ont levr part à l'escot.
               Vn bon mesnager
               D'vn sov vivra mievx,
               Qv'vn povre mesnager
               De qvattre en ces lievx.
Si ivsticiers à ce faire avoient l'œil
Les taverniers povrroient bien par tovt france
Aller gratter levrs vievx cvlz av soleil
Et travailler de levrs mains à pvissance.
Semblablement gens de favce constance
Comme mvgvetz,et mignons glorievx,
Seroient contrainctz d'aller vivre chez evlx
Plvs sobrement en honneste maintien,
Et dv labevr, ilz ne vavdroient qve mievx:
Car le travail les feroit gens de bien.
E iii
              Qvand homme prend peine
              Comme vn bon chrestien,
              C'est chose certaine
              Qv'il avra dv bien.
Av monde y à des yvrongnes cent mille
Qvi avssi tost qv'ont gaigné vn denier,
Levr tarde bien qv'il n'est feste ov vigille
Povr le porter à qvelqve tavernier.
D'avtres avssi qvi sont à renier
Et à despendre infamement levrs biens.
Si qv'a la fin deviennent mandiens,
Et qvand ilz sont à levrs maisons bien sovlz,
Dedans le lict vomissent comme chiens
En renversant tovt s'en dessvs dessovbz.
              Les bestes ne boivent
              Qv'a levr svffisance
              Mais gens d'inconstance
              Trop plvs qv'ilz ne doibvent.
Combien à il d'yvrongnes mercenaires
Et d'avtres gens qvi ne bovgent sans fin,
A yvrongner iovrs et nvictz ordinaires.
Et à ivrer le corps et sang divin?
Combien par an se despend il de vin
Et de morceavx par svperflvité
Dont n'est besoing ne de necessité?
Certainement par la machine ronde,
Il s'en consvmme en ceste eqvalité
Plvs qv'il n'en favlt à novrrir tovt le monde.
               Si ces favlx ordevx
               Espargnoient vinée,
               Le bien d'vne année
               Svffiroit povr devx.
D'ov vient cela qv'aviovrdhvy tovt est cher,
Et qve le pevple à tant de dvr tovrment?
C'est à raison qve le pain, vin, et chair,
Novs despendons trop excessivement.
Les taverniers ont ordinairement
En levrs maisons tant qve iovr et nvict dvre
Vn tas de gens qvi n'ont sovcy ne cvre
Qv'a govrmander et à tenir levr pied,
Qvi boyroient plvs de vin en levr ordvre
Qv'vn vievx povrceav n'avalleroit de laict.
             Vne beste brvte
             Qvi à langve mvte,
             Est plvs raisonnable
             Qv'yvrongne damnable.
E iiii
Si l'on avoit vne fois deffendv
Avx taverniers d'asseoir cevx de la ville,
Le vin seroit à bas pris descendv
Et av commvn provfitable et vtile.
Et qvi plvs est, si l'on gardoit ce style
Vers Diev seroit vne œvvre meritoire:
Car tovs cevlx la qvi s'amvsent à boire
Ne despendroient levrs biens ovltre raison.
Er de levr gaing, à levr honnevr et gloire
Entretiendroient bravement levr maison.
             Povr finalle clavse,
             La taverne est cavse
             De mil favx sermens
             Et parivremens.
De ce bien la qv'en vne hevre despendent
Ilz novrriroient levr train vne sepmaine:
Car comme ay dict les taverniers levrs vendẽt
Si cherement qv'ilz levr covste la laine.
Ilz vendront ivsqves av poys de l'or.
Et si vn liard levr covste vn harenc sor
Trois en payeront, qvi est plvs de moitie
Et av conter qvi est bien pis encor
Ilz n'avront d'evlx attente ne pitié.
             En la taverne orde
             Ov yvrongnes vont,
             Les taverniers sont
             Sans misericorde.
Tovt levr esprit s'adonne à piperie
Et à fovler levrs prochains et amis:
Et si svbiectz ilz sont à tromperie
Qve de tovt monde ilz se font ennemis.
Le cvevr ilz ont si affecté et mis
Avx biens mondains de ce terrestre liev,
Qve povr vn liard renonceroient levr Diev,
Et levr estat scandalevx et divers,
C'est maintenir gens yvrongnes en iev
Et de piller de long et de travers.
               Pensez vovs qv'ilz feissent
               Plaisir av commvn,
               Mais qv'avoir en pvissent
               Ce levr est tovt vn.
Tovs les abvs qv'ilz pevvent inventer
Povr ranconner le povre popvlaire,
Ilz mettront peine à les execvter
Et à levrs cerfz monstrer favlce exemplaire.
Povr vendre vn œvf, ivreront en colaire.
La chair, la mort, le sang, et la vertv,
Et en apres avoir bien debatv,
Trois fois payrez plvs qvel'escot ne monte,
Sans qv'vn denier vovs en soit rabatv
Ilz vovs feront condescendre à levr compte.
               Si trespleins ilz sont
               D'orde mesprison,
               Qv'en levr faict ilz n'ont
               Rithme ne raison.
Si vovs prenez bien garde à levrs forfaictz
Vovs trovverez levrs chopines et potz,
Tovs maschaqvés, bossevz et contrefaictz
Povr desrober avx chalans et svppostz.
Ces choses la ilz font tovt à propoz,
A celle fin qv'ilz ne tiennent pas tant,
Et les cvlz sont si repovssez avant
Si tempestez et si renfoncez d'evx
Qve vovs perdrez (sans estre consentans)
Dessvs vn pot, bien pres d'vn verre ov devx.
              Il n'ya pipevrs
              Ne plvs grans trompevrs
              Entre tovs mestiers,
              Qve sont taverniers.
Semblablement ilz ont escvelle et platz
Dont chascvn plat le cvl esseve et havlce,
Et tovt expres ilz les font faire platz
Affin qve pas n'y tienne tant de savlce.
Et povr covvrir levr deception favlce,
Vovs y donront à voz grans covstz et fraits
D'vne morve ov avtre poisson frais
Avec vn pev de vievx bevrre vilain
Gros comme vn pois, et à voir levrs aprestz
Il semblera qve le plat soit tovt plein.
               Les favlx desloyavx
               Se donront en vain.
               Trippes et boyavx
               Povr vn liard de pain.
Si vovs mengez salade en levr maison
Dens les ditz platz avssi vnis qve glace,
Ilz vovs mettront povr maille de cresson
Avec vn pev d'hville grasse.
Et de cela, savf vostre bonne grace,
Ilz ne prendront qve dix et hvict deniers.
Et evssiez vovs tovt plein coffre et paniers
D'or et d'argent,vovs n'en payerez point plvs.
Car c'est le tavx des svsditz taverniers
Màis gaigneront les trois pars av svrplvs.
              D'vn sevl denier qvattre
              Payer vovs feront,
              Et n'en rabatront
              Povr crier ne batre.
En levr estat ilz ont plvs de pvissance
Cent mille fois qve le Roy nostre sire:
Car ilz prendront tovte vostre chevance
De faict et force, et n'oseriez mot dire.
Il ne favlt point à levr mot contredire
Ne appeler de ce qv'ilz taxeront,
Vveillez ov non, payer ilz vovs feront
Ribon ribaine, en despit de voz dentz,
Et avront tovt ce qv'ilz demanderont
Ov vovs tiendront prisonniers la dedans.
               De levrs grans excez
               Passerez par la,
               Et avront cela
               Sans avcvn proces.
Si selon Diev et vostre conscience
Vovs les payez, et qv'ilz ne soient comptens,
Ilz se mettront contre vovs en deffence
Et vovs svyvront vne espasse de temps,
Devant le monde, en inivre et contens
Criront svr vovs av meillevr de la rve,
Vilain, meschant, paye moy ma morve,
Dont novs feront si grande inivre et honte,
Qv'arresteront vos chevavlx et charve
Et les payrez tovt av long de levr compte.
Ce privilege ont
Desevr à levr pris,
Et des mavlx qv'ilz font
Ne sont point repris.
Bref ilz ont tovs si tresgrand privilege
Desrober et de piller marchans,
Qve plvsievrs gens abandonnent levr siege
Et levr mestier povr estre des meschans.
Svr les chemins des grans villes et champs
Ne trovverez de dovze maisons l'vne,
Qvi n'ait enseigne, d'vn soleil, d'vne lvne,
Tovs vendans vin chascvn en son qvartier:
Depvis qv'vn covp ont govsté la fortvne,
Ne vevlent plvs faire d'avtre mestier.
Qvand en cest endroict,
Ilz ont plvs de droict
Svr vovs et svr moy,
Qv'emperevr ne Roy.
En plvsievrs lievx i'en ay vev qvelqves vns
Qvi se sont mis depvis ma congnoissance
A vendre vin, svr les chemins commvns
Qvi n'avoient pas dv pain levr svffisance,
Et n'evssent scev en tovte levr pvissance
Avoir payé de bon vin vne pipe.
Mais ce iovrd'hvy ont vne grosse tripe,
Et sont gros, gras, et pleins de maisonnages,
Et si rentez qve par levr favlce grippe
Ont aqvesté dix mil frans d'heritages.
Or dy moy voysin
Qvi va boire la:
D'ov levr vient cela
Si non de laron?
Depvis qv'ilz sont vn covp affriandez
A ce metier larcinevx et damnable,
Il ne favlt plvs qve vovs vovs attendez
Qvi servent Diev en l'estat miserable,
Car ilz sont tovs si govvernez dv diable
Et si svbiectz à levr orde avarice,
Qve crainte n'ont de Roy ne de ivstice,
Et de larcin sont si fors et pvissans,
Qve tovs les iovrs par vne grand' malice
Ivsqves avx os mangent povres passans.
              A vendre levr vin
              N'ont raison ne loy,
              Et avtant de foy
              Comme vn Sarrazin.
Semblablement les frippons et frippieres
Dessvs le boys en devx sortes novs grippent
Et tovt ainsi qve trippiers et trippieres
Av temps d'yver tovs levrs fagotz estrippent.
Fvrtivement ilz effondrent et frippent
Cevlx la qvi sont trop ventrvz et trop fors,
Et les boyavx levr tirent hors dv corps
Tant qv'ilz les fons si meschans et eticqves,
Qv'amoins d'aller et venir la dehors
Ilz sont brvslez plvs sovdain qv'heretiqves.
              Les fagotz qv'ilz font
              Fondent comme bevrre,
              Et av fev s'en vont
              Plvs vite qve fevrre.
Dedans le corps ne levr demevre rien
Dont garde n'ont de vovs sentir mavvais,
N'ayez point pevr qv'ilz ne vovs servent bien
Mais qv'en ayez pres de vovs vn grand fraix.
Tovs en vn movlle ilz sont liez et faictz,
Et si l'hostesse à compter va grand train
Plvs vite vont et brvslent sans estrain
Il ne favlt point qve vovs sovfflez dessovbz:
Car si secz sont qv'a moins tovrner la main
En brvslerez bien povr qvatre ov cinq solz.
Ilz les font si bons
Qve les gros charbons
N'en mettent à poinct,
Car ilz n'en ont point.
A l'interest de tovt pevple commvn
Les gros tripiers povr recvire levrs tripes,
Gaignent tovsiovrs dessvs devx fagotz vn
Qve favcement ilz desrobent et grippent.
Et nonobstant qve la ventraille en fripent
Et qv'en esté ne levr covstent qv'vn dovble,
Vovs les payrez qvattre fois av redovble:
Ov avtrement les malhevrevx paillars,
S'efforceront de vovs faire dv trovble
Si dessvs vovs ne gaignent les trois pars.
En pleine beavce
Ov l'on se deschavce
Des petis et grans
Font payer trois blans.
Si av logis des plvs grans ranconnevrs
Les gens de pied demandent à loger,
Les gros pancevz sont si govrmans d'hõnevrs
Qve honte avront levr donner à manger.
Et envoyront vn povre homme estranger
De liev en liev, cõme vn qverant son pain,
Et lvy diront, mon amy, tovt est plein,
Allez plvs bas, et devallez à val.
Car cy dedans povr tovt sevr et certain
Novs ne logeons qve des gens de cheval.
Il n'y à personne
Si saincte ne bonne,
Qvi soit d'hostes favlx
Logé sans chevavlx.
Si se sont gens bien montez et bottez
Recevz seront à grand ioye et sovlas
Et pres dv fev ilz seront decrottez,
Traictez grattez, et frottez havlt et bas.
Mais cõme ay dict, si c'est qvelqve homme la:
Qvi soit à pied par favlte de montvre,
De levr logis ne feront ovvertvre
Ains l'envoyront cercher vn avtre aport:
En grand danger de covcher svr la dvre
Et de gaigner possible la sa mort.
Voyla comme baistes,
En levrs grosses testes
Sont plvs tost logées
Qve gens deslogées.
Si par fortvne ilz logent des pietons
Et qv'il arrive vn train de chevavchevrs,
Hors les mettront à grans covps de bastons
Covcher avx pretz comme povres fanchevrs
Et av partir les yvrongnes pechevrs
Povr reconfort donrons mille menaces:
Car pleins ilz sont de si mavvaises graces
Qv'av liev d'amovr et consolation,
Destovrneront levr verolevses faces
En grand' fvrevr et malediction.
Avtant d'amovr ont
Qve pvre mignonne:
Car proprement sont
A qvi plvs levr donne.
Aprez qv'avrez tovt à levr mot compté
Et acordé ce qv'ilz demanderont,
De salles draps vovs serez remonté
En vn vievx lict qv'ilz vovs appresteront.
Et favcement à croire vovs feront
Qv'ilz sont tovs blancs et venans debvée,
Et la servante à fvrer depravée
Affermera tant av riche qv'av povre,
Qv'ilz sont tovs frais, et qve la relevée
Ilz ont esté repliez dens le coffre.
Qvand tresfort ilz ivrent
Et qv'ilz se tovrmentent,
C'est alors qv'ilz mentent
Et qv'ilz se parivrent.
Ribon ribaine en despit de voz dentz
Et fevssiez vovs de velovs revestv,
Il vovs favdra reposer la dedans
Ov svs le banc, tovt chavsé et vestv,
Car en apres qv'avrez bien debatv
Et remonstré levr deffavlt et offence,
Contrainct serez de prendre en patience
Fevssent les draps tovs covvertz de poison
Car comme ay dict, se sont gens sans prvdence
Ov il n'y a ne rithme ne raison.
Ilz vavdroient tresbien
Ne vovs bailler rien,
Et sans nvl debvoir
Vostre bien avoir.
Si povres gens tant des villes qve champs
Fii
Dessvs le iovr vont boire en levr maison,
Les vievx povrris podagres et meschans
Povr levrs habitz feront d'evx mesprison.
Et levr donront d'vn vin hors de saison
Dv plvs petit et de basse valevr,
Leqvel payront avtant qve le meillevr,
Et s'il advient qv'en demandent de dovlx,
Ilz respondront par vne grand' fvrevr
Av diable, av diable, il est trop bon povr vovs.
Le vin vert et gras
Ilz payent contant,
Et levr covste avtant
Comment ypocras.
Si se sont gens de grosse gravité
Portans vn bort de velovs svr levrs manches,
Servis seront en grand' felicité
A nappe fresche, et à serviettes blanches
Margot viendra qvi frotera levrs hanches
Av prez de fev, à beavx covvrechef blanc:
Mais si vn povre assis av coing dv banc
Demande avoir serviette svr l'espavle,
On lvy donra plvstost povr vn grand blanc
De covps de poing, ov de grãs covps de gavle.
Le vin qvi desgovste,
Avx povres plvs covste
Qve le bon ne faict,
Avx grans gens d'effaict.
Incontinent qve serez arrivez
Ilz vovs donront pain et vin sans demande,
Et à cel' fin qve plvs fort vovs boivez
Ilz vovs feront filer long la viande.
Et la Margot orgvillevse et friande
Avpres de vovs viendra rire et prescher.
Vostre morveav elle vovldra lecher
Et vovs dira mille ioyevx propoz:
Dont par ce poinct en attendant la chair
Dv vin boirez vn trois ov qvatre potz.
Si ie vovlois dire,
Et av long d'escripre
Levr malhevrevx faict,
Iamais n'avrois faict.
Si trop long temps vovs demovrez à table
Sans boire vin, comme l'on est par covps,
Iehan l'yvrongnet plvs pvant qve le diable
Sans l'appeller accovrra devers tovs.
Et vovs dira, messievrs qve vovlez vovs?
F iii
Povr vovs donner occasion de boire.
Et tant de fois vovs baillera memoire
D'avoir dv vin, qve sans necessité,
Vovs contraindra en son avdace et gloire
D'offencer Diev par prodigalité,
Avx dez et biblotz
Les petis diablotz
Vovs feront iover,
Povr vovs declover.
Le vin qvi n'est qv'a six ov hvit deniers
Ilz le vendront avx passans dovze et seize:
Encor seront si orgvillevx et fiers
Qv'il conviendra les payer à levr aise.
Et si on dict vn mot qvi levr desplaise
Des qvatre pars ilz le rencheriront,
Et par vengeance ilz les ranconneront
Et les feront tant crier et debatre,
Qve de despit levrs manteavx serreront
Et levr feront povr vn liard payer qvatre.
Si cevlx dv liev l'ont
Povr qvattre ov povr sis,
Les passans assis
Qvatorze en payeront.
Semblablement tovtes levrs chãbres painctes
Ov il n'y à qv'ordvre yvrongnise,
Portent les nõs des benoistz sainctz et sainctes
Contre l'honnevr de Diev et son eglise.
L'vne s'appelle à levr mode et devise
Le Paradis, et l'avtre sainct Clement,
Et qvand qvelqve vn rabaste fermement,
L'hostesse crie, André, Gvillot, mornable,
Laisse moy tovt, et va legierement
En paradis compter de par le diable.
S'on si vevlt chavffer
Robin ov Margot
Portent le fagot,
De par Lvcifer.
Ne devst on point reformer ces gens la
Sans les laisser tant ranconner et prendre?
Qvelle raison y à il à cela
De desrober sovbz vn vmbre de vendre?
Par vostre foy ne les devst on point pendre
Et estrangler, comme gvettevrs de bois?
Ie dy qv'ovy, et qv'ont mievx mille foys
Gaigné la mort qve larrons miserables:
Car levrs larcins et fvrievx aboys
Av pevple sont trop preivdiciables.
Fiiii
Qvand à evx ie pense
Ie pers patience,
Et si ivge estois
Pendre i'en ferois.
Rongnevrs d'argent n'evrent ont tel metier
D'estre repris, et pvnis en colaire,
Qve ces gens cy qvi laissent levr metier
Povr ranconner le povre popvlaire.
Et est besoing povr levr grande exemplaire
Qv'avcvns d'entre evx soient av gibet pẽdvs:
Ov avtrement les marchans sont perdvs
Car ilz levr font tant de peine et de mal
Qve qvand ilz sont en levrs maison rendvs
Levrs grans despens montent le principal.
Si on novs vend cher
Boys, pain, vin et chair,
C'est par les deffavx
Des hosteliers favx.
Le meillevr compte et le meillevr marche
Qv'ilz facent point, c'est de fine movstarde:
Allez en foyre ov en commvn marché
Iamais l'hostesse à cela ne regarde.
Mais povr la fin vne savce vovs garde
Qvi vovs fera par le cvl de la bovrce
Rendre la graine, ainsi qve d'vne sovrce,
Et par ce point honnestement et bien,
Lorde pœtron plvs active qv'vne ovrce
La vendra bien, sans vovs en compter rien.
Svs chair grasse et maigre,
Il n'y a vin aigre
Qv'el' ne vende encor
Av fin poys de l'or.
Qvand vovs avrez esté fort tovrmenté
Pillé, robé, ranconné ivsqv'av bovt,
Le beav bovcqvet vovs sera presenté
De la Margot, qvi d'avarice bovlt.
Et cela faict, ce n'est pas encor tovt,
Son gras mvseav el' vovs presentera
Si bien et beav qv'elle vovs tentera
Tant dv baiser, qve de son beav corps gent,
Qv'av departir de voz mains tirera
Vevillez ov nom vne piece d'argent.
Ie dy povr certain
Et notez cela,
Qve ceste acte la
Sent fort sa pvtain.
l'ay vev le temps qv'on evst plvs tost vescv
Povr dovze sovlz avec chevalerie,

Qve ne feroit maintenant povr escv
Vn homme à pied en vne hostelerie.
Car maintenant à tant de pillerie
Et de larcin, avx hostes et hostesses
Qv'il semble à voir de Dievx et de deesses
A regarder levr favlx maintien hidevx,
Et avx passans les diables et diablesses
Vendent cinq solz ce qvi n'en vavlt pas devx.
Qvand les gens sont sovlz, 
Baillent d'avantage
Vn pev de fovrmage
Qvi comptent devx solz.
Si vovs entrez en levr cvysine grasse
Ilz vovs feront vne grand' reverence:
Et vovs tiendront vne si bonne grace
Qve vovs direz, sont gens de conscience.
La chambriere avra vne eloqvence,
Vn dovlx parler, vn sovbz ris gracievx.
Et la maistresse encore vn petit mievx
A tovs propoz vovs nommera monsievr.
Mais av payement, serez dict glorievx
Larron, meschant, et plein de deshonnevr.
Av partir dv liev        Povr le bel adiev
Des larrons parivres 'Avrez mille ĩivres
D'ov vient cela qv'a tant de taverniers
Et d'hosteliers par villes respandvs?
C'est a raison qv'ilz robent les deniers
Des viatevrs sans estre pendvs.
Car nonobstant qv'ilz ne levr soient poĩtdevx
En despit d'evx ilz passeront par la.
Et levr favldra debovrcer tovt cela
Qv'ilz taxeront, et n'en rabatront rien.
Or ascavoir, si ces ranconnevrs la
Sont estimez devant Diev gens de bien.
Denier svr denier
Faict le tavernier
Crier et debattre,
Povr dovbler de qvattre.
Si l'homme boit soit av soir ov matin
En sa maison avecqves tovt son train,
Avtant avra de chopine de vin
Qve s'il avoit le tonneav tovt fin plein.
Mais en taverne, il est sevr et certain
Qve s'il y va avec gens ramassez,
Qve povr sa part n'en avra pas assez
De devx pleins potz si vevlt estre repv,
Dont dire favlt qv'a boire sont forcez
Ov qve les lievx sont pleins d'air corrvmpv.
Le grant diable altere
Dont contrainct on est
Chez vne hosteliere
Boire sans arrest.
O qv'il y à de mastins et mastines
Avx gros logis des grans chemins passans,
Lesqvelz ne vont à messes ne matines
Povr veiller svs allans et repassans,
O malhevrevx de rapine pvissans
Favlx ranconnevrs pervers et fratricides,
Povr vovs payer voz damnables svbcides
Vovs contraignez plvsievrs gens svr les chãps
De desrober, et de faire homicides
Av detriment de plvsievrs bons marchans.
Ilz sont si mordans
Et si tresardans
En levr avarice,
Qv'ilz n'ont qve malice.
Si parlement ne levr covppe la broche
Tovt est perdv av royavme de France:
Il appert bien qve l'antechrist s'approche
De voir regner tant de mal et sovffrance.
Et si le Roy qvi à svr evx pvissance
Ne les pvnir par force de main mise,
Pitié sera de la grand' tyrannise
Qv'ilz novs feront avant qv'il soit devx ans,
Car se sont gens qvi roberoient l'eglise
Tant sont hardis et larcinevx prenans.
Nvlle conscience
Ne font de trop vendre,
Encor moins de prendre
Par grande insolence.
Prenans ilz sont de si mavvaise sorte
Qve si vn homme à passer son chemin
N'a qve cinq solz, et qv'il vienne à levr porte
Ilz les avront par force le matin.
Et en danger d'estre comme vn mastin
Chargé de covps, et d'inivres si grongne:
Povrce aller favlt sagement en besongne
Et marchander tovt ce qve lon prendra
Ov avtrement en despit qvi en despit qvi en grongne
Le vin d'vn liard, six deniers on vendra.
Si Diev precievx
Descendoit des cievx,
En levr liev damné
Seroit ranconné.
Encor Diev scait qvel bon vin cesera
Dv rippopé, esventé, aigre ov vert,
Avec de l'eav, qvi avtant covstera
Qve s'il estoit tov: de svcre covvert,
Et si le pot vovs avez descovvert
Povr regarder tant sevlement dedans,
Vovs le payrez en despit de voz dentz:
Car pvis qv'il est presenté svs la table,
Il n'y aloy n'arrest de presidens
Comme bon vin il vovs sera covrable.
Si pleins sont de vice,
Qve Roy en ivstice
A levr grand desordre,
Ne seroient mettre ordre.
Si à levr mot n'aschaptez la viande
Qvatre fois plvs qve n'en vavldra le corps,
Vovs estes sevrs qve par vengence grande
A l'hevre mesme ilz vovs mettront dehors.
Dont si le Roy cognoissoit les grefz tors
Qv'avx passans fõt qvãt ce vient à levr vẽdre 
Ie ne croy pas qv'il n'en feit beavcovp pẽdre:
Car a piller sont si actifz et prompts,
Qve povr venir à mon point condescendre
Ie dy qv'il sont manifestes larrons.
Povr conclvsion
Et fin de procez
Pvnir favlt l'excez
Et l'abvsion.
Si qvelqves vns mvrmvrent de ce livre
Soyez certains qv'ilz s'en sentent covpables:
Car c'est à evx qve ie le baille et livre
Nõ povr les bons qvi n'en sõt point palpables
Povrce lectevrs en voz bancqvetz et tables
N'en blasmez point cevx qvi sont gens de biẽ.
Car i'ayme avtant levr honnevr qve le mien,
Et ne vovdrois levr faire meprison,
Mais contre tovs cevx qvi ne valent rien
Et qvi sont trop eslongnez de raison.

Fin de la loyavté conscientievse 
des Taverniers.
Rondeav contre les taverniers 
qvi brovillent les vins.

BRovillevrs de vĩs malhevrevx et mavditz
Gens sãs amovr, favlx en faictz et en ditz
Qvi ne tendez qv'en dampnable avarice
Soyez certains, qve divine ivstice
Vovs pvgnira de bien brief, ie le dis.
Brovillevrs de vins.
Les vins novveavlx vovs seront interditz
Point n'en bvrez, car des fois plvs de dix
Diev qvi tovt voit, congnoist vostre malice.
Brovillevrs de vins.
Svr ses vendevrs de vivres trop hardis
Baillisz, prevostz, n'y soyez point tardifz
Besongnez y exercant vostre office
Ov avtrement se n'y mettez police
Enfer vovs svyt, et non pas Paradis
Brovillevrs de vins malhevrevx et mavditz.

FIN.